Méditation a la bonne heure 17 juillet

Il n’y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous de­vions être sauvés.

Actes 4.12

Souvent, dans leur détresse, les hommes cherchent parmi leurs semblables où se trouve celui qui pourra répondre à un besoin parti­culier ou résoudre un problème. Le chrétien doit se souvenir d’une chose, ou plutôt d’une personne : Jésus-Christ. Seul ce nom peut ré­pondre réellement et en profondeur à tous nos besoins. Certains diront certainement que nous n’avons que ce nom à la bouche et qu’il faut regarder aussi ailleurs ou d’une autre fa­çon la vie chrétienne. Cependant, si nous nous en tenons uniquement à ce que les Ecritures nous révèlent, nous ne compterons que sur ce nom et seulement sur ce nom pour être sauvés. Aucun groupe, aucune dénomination, quel que soit son nom, ne peut faire ce que Jésus-Christ a fait et fait encore pour les siens, pourvoyant ainsi à tous leurs besoins.

Méditation a la bonne heure 16 Juillet

…afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur….

Actes 3.20

Es-tu fatigué, lassé, abattu ? Ces paroles sont pour toi. Le Seigneur promet des temps de rafraîchissement à ceux qui répondent à la condition mentionnée auparavant : la repentance et la foi en Christ (Actes 3.19). Cette condition remplie, la question de tes péchés est définitivement réglée. En effet, si Dieu te donne de te repentir et de croire en Christ seul pour ton salut, c’est qu’il a accompli à la croix l’œuvre nécessaire et suffisante pour toi. Tous nos problèmes ont pour origine le péché et, si ce sujet est réglé entre Dieu et nous-mêmes, nous avons le grand sujet, Christ notre salut, pour lequel et par lequel nous réjouir durant l’éternité. Glorifions donc notre Dieu en Christ qui, par son Esprit, nous fait parvenir au temps convenable le rafraîchissement dont nous avons besoin, pour avancer aujourd’hui en¬core, par sa grâce.

Méditation a la bonne heure 15 juillet

Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d’un souffle violent qui remplit toute la maison où ils étaient assis.

Actes 2.2

A la Pentecôte, la manifestation du Saint- Esprit est impressionnante, comme pour marquer les esprits sur la nouvelle situation pour l’Eglise du Seigneur. C’est en effet le signal de départ de la grande mission des disciples qui, par la puissance du Saint-Esprit, porteront la Bonne Nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre. Ce signe ressemble en quelque sorte au coup de feu entendu au départ d’une course : une fois le coup parti, les participants n’en attendent pas d’autres pour avancer. Ne cherchons pas aujourd’hui un signe impressionnant qui nous attesterait de la présence du Seigneur. Réfléchissons à ce qui arriva au prophète Elie à Horeb (1 Rois 19.11-13) et attendons-nous à l’intervention douce et subtile de Dieu au plus profond des cœurs pour faire ce qu’il a résolu dans son dessein de grâce en Jésus-Christ.

Méditation a la bonne heure14 juillet

Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière.

Actes 1.14

Que faire quand on ne sait plus que faire ? Prier. Et comme nous savons que faire, alors prions. Résistons à l’activisme de notre époque qui cherche à se justifier de l’utilisation de son temps. Prions en tout temps. Prions quand nous sommes seuls, mais prions aussi quand nous sommes à plusieurs, en église, tous sur un pied d’égalité devant le Seigneur. Apportons-lui les sujets qui nous tiennent à cœur d’un commun accord, et nous verrons et vivrons ensemble l’exaucement qu’il accorde à l’Epouse au nom de l’Epoux. Encourageons-nous donc mutuellement, comme Aaron et Hour soutenant les mains de Moïse contre Amalec (Exode 17.11- 13). Juste après l’ascension du Seigneur, les disciples ont pour réflexe immédiat de prier ensemble. C’est la façon dont l’Epouse dit à l’Epoux qu’elle dépend de lui.

Méditation a la bonne heure 13 juillet

Car l’Eternel prend plaisir à son peuple.

Psaume 149.4

Comment cette déclaration est-elle pos­sible ? Comment l’Eternel, le Dieu trois fois saint, peut-il prendre du plaisir avec des pé­cheurs ? Se plaît-il donc à leur joie ? Oui, il se plaît à leur joie, car elle trouve sa source en lui. En effet, le fait extraordinaire est que ces pécheurs prennent également plaisir en lui. Ce plaisir réciproque vient du fait que Dieu a sauvé ce peuple de ses péchés. Le plaisir peut donc « circuler » de part et d’autre en Christ ; lui, en qui le Père prend continuelle­ment plaisir, est le représentant des vérita­bles croyants et, à ce titre, il les fait bénéfi­cier de ce plaisir du Père. Recevant ainsi en abondance par la grâce de leur médiateur, les élus trouvent de plus en plus de plaisir en leur Dieu, seul digne de toute louange, de toute gloire et de tout honneur, dès mainte­nant et à jamais ! Amen !

Méditation a la bonne heure12 Juillet

Il a relevé la force de son peuple : sujet de louange pour tous ses fidèles.

Psaume 148.14

Comme une musique qui monte cres­cendo, chaque partie des œuvres de l’Eternel vient comme un nouvel instrument s’unir à la louange de son nom. Le psaume a commencé par les hauteurs (Psaume 148.1) pour al­ler ensuite vers le bas (Psaume 148.7) ; il fait ainsi entendre la variation des accords fondés sur les premières notes venues du ciel. Juste avant leur reprise, comme un chœur général chantant depuis tous les espaces de l’univers, le psaume fait entendre un accord inattendu qui sublime l’ensemble : Dieu relève la force d’un peuple qui lui était par nature hostile. L’ensemble de ces personnes est appelé ses fidèles, car ils sont attachés à lui par la foi en Jésus-Christ. Il est l’initiateur, mais aussi le su­jet de la foi, car il est l’Eternel qui dévoile en ce dernier accord la grâce et la vérité, point d’orgue de la louange dans tout l’univers !

Méditation a la bonne heure 11 juillet

Il guérit ceux qui ont le cœur brisé et panse leur blessure.

Psaume 147.3

Il existe des hommes qui n’ont jamais le cœur brisé ; leur péché ne les afflige pas, car ils estiment qu’ils ne méritent pas de condamnation. Ils se revêtent de leur propre justice, même si elle est comme un vêtement souillé aux yeux de Dieu. Mais celui qui, par la grâce de Dieu, reconnaît l’horreur de son péché en a le cœur brisé. C’est alors qu’il est disposé à se tourner vers le médecin de l’âme ; ce dernier ne lui donne pas un traitement dont l’issue est incertaine, mais, selon notre texte, il ne fait rien moins que de le guérir ! Le traitement de choc pour cela a été la mort de Christ sur la croix ; même si nous ne voyons pas son plein effet avant le ciel, l’efficacité de ce traitement n’en est pas moins certaine. Avant de faire complètement disparaître mes blessures, Dieu me les panse en Christ avec le plus grand soin.

Méditation a la bonne heure10 juillet

Il réalise les souhaits de tous ceux qui le craignent.

Psaume 145.19

Le Seigneur ne ressemble pas aux génies des fables qui promettent d’exaucer tous les désirs de ceux qui les sollicitent. En effet, si nous demandons à quiconque ne connaît pas Dieu quels sont ses souhaits prioritaires, personne ne répondra « le salut de mon âme » ; beaucoup évoqueront leur désir d’argent, de beauté, de force ou de gloire, mais aucun ne sollicitera la paix avec Dieu. Ceux qui le craignent ont des souhaits particuliers, car c’est Dieu qui les suscite. Ils demandent non seulement le salut de leur âme, mais encore celui de ceux qui les entourent ; ils désirent s’éloigner du péché, glorifier leur Sauveur en Jésus- Christ, voir sa volonté s’accomplir et toute autre chose encore qui leur permet de le voir tel qu’il est, au centre de l’univers comme au centre de leur vie. Soyons donc certains qu’il réalise leurs souhaits.

Méditation a la bonne heure 9 juillet

Eternel, incline tes cieux et

Descends !

Psaume 144.5

Quoi ? Est-ce bien à l’Eternel lui-même que le psalmiste s’adresse ? Comment a-t-il pu de­mander à celui qui est si différent de nous, si « autre » dans sa nature, de venir le rejoindre dans ses préoccupations ? Dieu pourrait-il donc descendre en personne jusqu’à ses créatures pour leur venir en aide ? Non seulement il le peut, mais il l’a clairement fait en Jésus-Christ ; en venant vivre, souffrir et mourir pour tous les croyants. Si le psalmiste le croyait, aujourd’hui, nous, nous le savons. Que ferons-nous donc ? Puisque cela a déjà été accompli, courbons-nous devant sa sainte majesté, adorons-le et bénissons-le d’avoir ainsi exaucé le plus grand de nos besoins. Et s’il a ainsi manifesté son amour envers nous, ne viendra-t-il pas ré­pondre dans sa grâce à notre besoin du jour (cf. Romains 8.32

Méditation a la bonne heure 8 juillet

Mon âme est devant toi comme une terre épuisée. ^

Psaume 143.6

L’âme qui a déjà goûté aux bénéfices de la grâce sait vers qui se tourner quand elle res­sent un besoin : vers celui dont elle sait qu’elle obtiendra en Christ le secours opportun. Pour cela, quoi de mieux que de présenteront sim­plement la situation telle qu’elle est ? A quel besoin le Seigneur ne saurait-il pas répondre ? Rien de tel donc, pour l’âme, que de s’appro­cher de Dieu en reconnaissant sa faiblesse ; l’âpreté du combat contre le péché, la vigi­lance nécessaire pour nous garder des souil­lures du monde, la force que déploie l’ennemi dans la guerre spirituelle sont autant de rai­sons pour parfois nous sentir épuisés. Il existe cependant en Christ toutes les ressources né­cessaires pour que, telle la terre, l’âme soit fer­tilisée et arrosée, et produise ensuite du fruit dont la gloire ne reviendra qu’à Dieu seul.