Méditation 15 octobre — Soir.

Tu rachèteras avec un agneau le premier-né de l’âne ; et si tu ne le rachètes pas, tu lui briseras la nuque. {#Ex 34 :20}

Le premier-né de chaque créature devait appartenir au Seigneur, mais, comme l’âne était impur, il ne pouvait pas être présenté en sacrifice. Que faire alors ? Devait-on le dispenser de la loi universelle ? Pas du tout ; Dieu n’admet aucune exception. L’âne lui est dû, mais il ne l’accepte pas ; il ne revient pas sur ce qu’il exige, mais il ne peut pas être satisfait de cette victime. Il ne restait aucun autre moyen d’échapper que le rachat : la créature devait avoir la vie sauve par la substitution d’un agneau à sa place ; si elle n’était pas rachetée, elle devait mourir. Mon âme, voici une leçon pour toi. Cet animal impur, c’est toi-même. Tu es la juste propriété du Seigneur qui t’a faite et qui te préserve, mais tu es si pécheresse que Dieu ne veut ni ne peut t’accepter. Il en est ainsi, l’Agneau de Dieu doit prendre ta place ou tu dois mourir pour l’éternité. Que le monde entier connaisse ta gratitude envers cet Agneau sans tâche dont le sang a déjà coulé pour toi, te rachetant ainsi de la malédiction de la loi qui te destinait à la mort. Les Israélites n’ont-ils pas dû s’interroger pour savoir lequel de l’âne ou de l’agneau devait mourir ? L’homme ne s’arrêterait-il pas pour estimer et comparer ? Assurément, il n’y avait aucune commune mesure entre la valeur de l’âme humaine et celle de la vie du Seigneur Jésus. Et pourtant, l’Agneau meurt et l’homme, « l’âne », est épargné. Mon âme, admire l’amour infini de Dieu envers toi et les autres de la race humaine. Des misérables sont rachetés avec le sang du Fils du Très-haut ! Poussière et cendres, rachetées à un prix bien supérieur à l’argent et l’or ! Quel aurait été mon destin sans une pleine Rédemption ! Briser le cou de l’âne n’était qu’une sanction momentanée, mais qui peut mesurer la colère à venir, à laquelle on ne peut imaginer aucune limite ? Combien est précieux l’Agneau glorieux qui nous a racheté d’un tel destin.

Categories: articles

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This