Aller à la barre d’outils

Méditation 23 mars — Soir.

Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront. {#Lu 19:40 }

Mais les pierres pourraient-elles crier ? Assurément elles le pourraient si celui qui ouvre la bouche aux muets leur ordonnait d’élever la voix. Et certainement si elles parlaient, elles attesteraient puissamment l’existence de leur Créateur, dans la louange de Celui qui les a créées par la parole de Sa puissance. Elles exalteraient la sagesse et la puissance de la création divine. Ne parlons-nous pas en bien de Celui qui nous a renouvelés, et qui a donné une postérité à Abraham ? Les vieilles pierres pourraient parler du chaos et de l’ordre, et de l’œuvre de la main de Dieu, à des phases successives du drame de la création ; et ne pouvons-nous pas parler de décrets de Dieu, de la grande œuvre de Dieu dans les temps anciens, de tout ce qu’il fît pour son église jadis ? Si les pierres parlaient, elles parleraient de celui qui les a extraites avec son marteau, comment il les a sorties de la carrière, et les a façonnées pour le temple, et ne pouvons-nous pas parler de notre tailleur de pierres glorieux qui brisa nos cœurs, avec le marteau de Sa parole, pour qu’il puisse faire de nous l’édifice de son temple ? Si les pierres criaient, elles magnifieraient le bâtisseur qui les a équarries et façonnées d’après le modèle du palais, et ne parlerions-nous pas de notre architecte et constructeur qui nous a désigné une place dans le temple du Dieu vivant ? Si les pierres criaient, elles auraient une longue, longue histoire à raconter par le moyen d’un mémorial. Car plus d’une fois une grande pierre a été roulée comme mémorial devant le Seigneur ; et nous aussi nous pouvons attester, témoigner comme ces pierres du secours, ces colonnes du souvenir. Les pierres brisées de la loi crient contre nous, mais Christ lui-même, qui a roulé la pierre de devant la porte du sépulcre, parle pour nous. Les pierres pourraient bien crier, mais nous ne les laisserons pas faire ; nous ferons taire leur bruit par notre parole ; nous les briserons par un chant sacré et nous bénirons la majesté du Très-Haut, glorifiant chaque jour celui qui est appelé par Jacob Le Berger et le Rocher d’Israël.

Categories: articles

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This