Méditation 6 novembre — Soir.

Ceci est le sang de l’alliance que Dieu a ordonnée pour vous. {#Hé 9:20 }

Il y a un étrange pouvoir autour du seul nom du sang et la vue de celui-ci affecte toujours. Un cœur gentil ne peut pas supporter de voir un moineau taché de sang, et à moins de s’être familiarisé par l’usage, se détourne avec horreur de l’abattage d’une bête. Quant au sang des hommes, c’est une chose consacrée : c’est un meurtre de le faire couler dans la colère, c’est un crime horrible de le gaspiller dans la guerre. Cette gravité est-elle occasionnée par le fait que le sang est la vie, et que le verser fait ressortir la marque de la mort ? Nous le pensons. Lorsque nous nous levons pour contempler le sang du Fils de Dieu, notre crainte est encore plus intense, et nous frissonnons lorsque nous pensons à la culpabilité du péché et à la terrible sanction que le « porteur » du péché a enduré. Le sang, toujours précieux, est inestimable quand il coule à flot du côté d’Emmanuel. Le sang de Jésus scelle l’alliance de la grâce, et la rend sûre pour toujours. Les alliances d’autrefois étaient faites par le sacrifice, et l’alliance éternelle fut ratifiée de la même manière. Oh, la joie d’être sauvé sur le sûr fondement d’ engagements divins qui ne peuvent pas être déshonorés ! Le salut par les œuvres est un bateau fragile et brisé et dont le naufrage est certain ; mais le bateau de l’alliance ne craint aucune tempête, car le sang lui donne une totale assurance. Le sang de Jésus a validé son « testament ». Les volontés n’ont aucun pouvoir à moins que le testateur ne meure. A cette lumière, la lance du soldat est une aide bénie à la foi, car cela prouve que notre Seigneur est réellement mort. Il ne peut y avoir de doutes sur ce fait, et nous pouvons nous approprier hardiment les legs qu’il a laissés pour son peuple. Heureux ceux qui voient leur titre de bénédictions célestes leur être assuré par un Sauveur mourant. Mais ce sang ne nous parle t-il pas ? Ne nous appelle t-il pas à nous sanctifier pour celui par qui nous avons été rachetés ? Ne nous appelle t-il pas à une nouveauté de vie, et ne nous incite t-il pas à une entière consécration au Seigneur ? Oh, que nous puissions connaître et sentir en nous le pouvoir du sang cette nuit !



Categories: articles

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Share This