Méditation à la bonne heure 10 mai

Méditation à la bonne heure du 10 mai

Mon cœur est affermi, ô Dieu ! mon cœur est affermi ; je chanterai, je psalmodierai.

Psaume 57.8

Les temps de luttes permettent souvent au croyant de se rendre compte combien l’Eternel est le Dieu des délivrances. Le combat spi­rituel ramène en effet le croyant à la parole di­vine ; elle lui dessine les traits de son Sauveur. La nécessité du moment pousse également tellement à la prière que c’est l’occasion d’en redécouvrir les vertus. Les armes de la parole et de la prière ne tardent pas, par l’Esprit de la consolation, à produire leurs effets : le cœur se trouve affermi. Souvenons-nous qu’il est incomparablement plus profitable de passer un petit temps avec Dieu que beaucoup avec les hommes ; n’hésitons donc pas à en passer beaucoup avec Dieu ! De notre cœur jaillissent alors des chants et des louanges qui se répan­dent jusqu’aux oreilles de ceux qui ne connais­sent pas encore le Dieu du salut.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*